Pour en finir avec Eric Zemmour

Oui, j’ai dit à Eric Zemmour, sur le plateau d’Infrarouge, que son Suicide français ne m’avait servi à rien. Je le redis volontiers, le contenu de ce livre n’a pas enrichi ma lecture du monde et des évolutions sociales que le polémiste se plaît à transformer en régressions mortifères: « Plus d’homme ni de femme. C’est une société du désordre qui a supplanté une société de l’ordre », page 27; « La liberté est devenue l’anomie », page 9; « La soumission, l’humiliation et le malheur sont le destin des hommes », page 133. Mais contrairement à ce qu’avancent ceux qui plaquent leur logique sur mes mots (« Il faut maintenant vous poser la question...

Lire la suite

Violence.

Parce que ce mode d’emploi du parfait pervers narcissique est sordide,  on rêve de ne pas l’avoir lu, de le jeter, vite, avant que d’autres yeux ne s’y abîment . Mais on l’a lu, et d’autres yeux s’y sont déjà abîmés. Alors prendre le temps de le regarder de plus près, de montrer la violence, le sexisme, c’est encore la meilleure solution pour ne pas se laisser dépasser par les « détresses » qui inhibent l’émergence de « l’humain ».     (Le Matin Dimanche, 16 novembre 2014)...

Lire la suite

Pas si féministe que ça. Mais quand même.

...

Lire la suite

Une question que je ne me pose pas.

  Laurent Baffie (im)pose dans son dernier livre « 500 questions que personne ne se pose ». Dans Le Matin, on y répond quand même. Merci, Fred Valet. (Le Matin, 6 octobre 2014)    ...

Lire la suite

Variation non imaginative sur l’involution sociétale

Lire la suite