Pour en finir avec Eric Zemmour

Oui, j’ai dit à Eric Zemmour, sur le plateau d’Infrarouge, que son Suicide français ne m’avait servi à rien. Je le redis volontiers, le contenu de ce livre n’a pas enrichi ma lecture du monde et des évolutions sociales que le polémiste se plaît à transformer en régressions mortifères: « Plus d’homme ni de femme. C’est une société du désordre qui a supplanté une société de l’ordre », page 27; « La liberté est devenue l’anomie », page 9; « La soumission, l’humiliation et le malheur sont le destin des hommes », page 133.

Mais contrairement à ce qu’avancent ceux qui plaquent leur logique sur mes mots (« Il faut maintenant vous poser la question suivante: est-il utile de vous lire? Parce que parler de l’inutilité de lire quelque chose, est-ce digne d’une employée d’université? »), je n’ai jamais prétendu qu’il ne servait à rien de lire l’essai d’Eric Zemmour. J’affirme même, au contraire, qu’il est important de le lire, de très près. Pourquoi? Pour comprendre les stratégies rhétoriques qu’il illustre et les raisons de son impact. J’ai lu la plupart des commentaires qu’a générés le débat d’Infrarouge. Un tout petit 10% des critiques, et encore, dialoguent avec les thèses d’Eric Zemmour. Les autres en restent au « spectacle ». Cela pourrait être enrichissant, si la projection ne l’emportait pas sur l’observation. Deux exemples caricaturaux:

« Je suis rarement d’accord avec Zemmour, mais j’avoue que j’ai trouvé jubilatoire qu’il vous remette ainsi en place sur Infrarouge. En fait, il vous a traité sans égard particulier, un peu comme si vous étiez un homme! Ce qui est assez piquant puisque vous revendiquez précisément cette égalité de traitement. Sans doute n’avez-vous pas l’habitude, d’autant que les études montrent que les jolies filles sont – depuis toute petite – davantage préservées, notamment par les hommes qui rient à leur plaisanterie (même quand elles ne sont pas drôles) et feignent d’être d’accord avec elles. L’insensibilité de Zemmour à ces codes sociaux était en fait une mise en abîme particulièrement piquante, avec sa tronche de lémurien énervé face à une très belle intello féministe ».

« Toujours pas digéré hein cocotte tu l’aurais embrassé… »

De tels commentaires, pensés indubitablement comme des insultes, n’en sont pas, en réalité, ne font que traduire – trahir – la vision du monde de leurs auteurs. Bon nombre des attaques personnelles d’Eric Zemmour sont du même acabit. Lorsque ce dernier me lance au début de notre interaction que « je ne l’intimide pas » et que « mon jargon ne l’intimide pas », il ne réagit pas à mes propos, ni ne cherche à rentrer en dialogue avec moi, il dévoile simplement ce qui parasite tout ce qu’il pense/produit, à savoir qu’il ne peut fonctionner en dehors des rapports de pouvoir hommes/femmes, d’une logique caricaturalement patriarcale. Or c’est précisément la perspective du bouleversement de cette logique qui effraie celles et ceux  qui ne se sentent pas prêt-e-s à accepter une certaine « indéfinition », et à se passer de catégories hermétiques et de stéréotypes sclérosants, mais par là même rassurants:

Le stéréotype résume, en une représentation imagée, les assignations auxquelles chaque sexe est renvoyé, psychologiquement, socialement, comme des identités sûres et intangibles. (Geneviève Fraisse, Les excès du genre. Concept, image, nudité, Paris, Lignes, 2014, pp. 43-44)

Une indiscrétion de coulisses me semble à cet égard plus convaincante qu’une énième trop longue argumentation. A l’issue de l’enregistrement d’Infrarouge, les costumes sont tombés, et c’est en dédicaces (au public et aux débattant-e-s!) qu’Eric Zemmour s’est répandu. Un peu effarée, je me suis dit qu’il fallait garder une trace de la mascarade:

– Vous n’avez jamais dû dédicacer votre livre à une féministe, ça vous tente?

– Mais bien volontiers, chère Madame.

10818777_10205108496210145_64188512_n

4 Comments

  1. ALAIN BIBOUX
    10 Déc, 2014

    Madame

    Je tiens à vous féliciter pour votre intervention très juste et très fine face au polémiste Eric Zemmour dans l’émission infrarouge. Vous avez parfaitement résumée la pensée de beaucoup qui n’ont pas la parole, face à la déferlante médiatique dont profite ce genre de personnage.

    Bravo et merci pour ce moment d’esprit et de lucidité que vous avez donné dans ce débat, cela m’a fait chaud au cœur et j’espère que vous continuerez ce combat.

    Bien à vous.

    Alain Biboux

    @AlainBiboux (sur Twitter)

  2. enrico zena
    23 Jan, 2015

    Mademoiselle,

    J’ai beaucoup aimé comme Zemmour vous a remis à votre place. Vous ne maîtrisez pas les codes télévisuels ce que z. n’a pas laissé échapper. Il a parfaitement raison en parlant de mépris de classe, je suis juriste et je ne pense pas comme vous, c’est grave ? Dois-je me faire rééduquer.

    Cordialement

  3. Yves Lafleur
    30 Jan, 2016

    Personnellement, je ne suis pas d’accord avec votre analyse. Comme vous pouvez le constater, j’ai pris connaissance de ce débat de manière bien tardive. En réalité, je n’avais jamais entendu parler de vous jusqu’à avant-hier quand je suis tombé sur le Magazine de la Migros qui traînait dans la cuisine d’un ami et dont le dernier numéro parle de votre essai. Je reconnais que je l’ai ouvert car en voyant la couverture, je vous ai trouvée ravissante. Au passage, l’essai a l’air tout à fait intéressant, quoique je doute un peu qu’il s’agisse d’une littérature qui me parle réellement. Je le ferai quand même commander à la bibliothèque de ma ville pour m’en faire une idée. Pour revenir au sujet de ce billet, j’ai donc fait une petite recherche sur internet et je suis tombé sur ce vieux débat qui vous opposait à M. Zemmour. J’admire votre courage et à défaut d’être réellement d’accord avec vos propos, je dois dire que j’ai le sentiment de vous comprendre tout à fait bien. Par contre, je reviens sur un détail du débat. Je ne crois pas que M. Zemmour déclarait ne pas être intimidé par votre statut de femme, même si je vous concède tout à fait que M. Zemmour a été indélicat. Je pense que sa logique était plutôt celle de dire qu’il n’était pas intimidé par le discours universitaire et qu’il se considérait tout à fait légitime à parler malgré votre statut de docteur, ce qui est quand même bien différent. Je crois carrément qu’on a jamais complètement tort d’oser défier ce qui ont le pouvoir de dire par notre simple volonté de vouloir être. La vérité se cache d’elle-même, se dévoile parfois, mais se laisse rarement emprisonnée dans quelques mots. « La seule chose que je sais c’est que j’ignore tout ». Cela est une sagesse vieille comme le monde. J’avoue moi aussi avoir de la peine avec les discours qui font trop allégeance au progrès et à la technique dont la maîtrise est par essence élitiste. J’admire votre parcours professionnel et je suis même gêné d’avouer que je vous envie un peu. Je conclurai cependant sur cette vérité de La Palice qui dit qu’à traiter les autres d’idéologues, on se cache souvent à soi-même sa propre idéologie. Oui, M. Zemmour derrière sa courtoisie est un gros mufle. Attention cependant à ne pas trop crier au loup avec la meute. Mon éthique personnelle serait quand même celle qui me pousse à la manière d’un instinct de survie à conserver la liberté de pensée nécessaire à ne pas suivre trop facilement le mouvement. Il y a ceux qui galopent avec Zemmour, il y a ceux qui vont de bon train dans le sens inverse. Dans les deux cas, me semble-t-il, il y a formatage de la pensée. Pour parler de normalité car cela est votre sujet, j’ai toujours pensé que dans l’alternative, il y avait autant de conventions que dans l’Église. Hors de Rome, multitude de chapelles. Et les Inquisitions les plus violentes ne sont pas toujours celles qui s’avouent à elles-mêmes. En espérant ne pas être trop lourd par ce droit de réponse que je me suis accordé. Je vais encore parcourir votre blog ces prochains jours. Très cordialement, mes meilleures salutations.

  4. Cédric D
    27 Avr, 2016

    Le spectacle est d’avoir assisté à une ouverture nette et sans bavure seul face à 4 détracteurs. Zemmour est certes un excellent orateur, la différence se fait sur le fond de ses propos. En ce qui vous concerne, vous n’êtes jamais arrivé à le mettre en face de ses contradictions et votre billet vous résume très bien: beaucoup de « blabla » pour ne rien dire…

    Pour rappel: https://youtu.be/WnE_zMaa3bs?t=57m41s

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *